Le programme d’investissement dans les infrastructures du nouveau président des États-Unis ambitionne d’atteindre les 2250 milliards de dollars. 1700 milliards seront utilisés pour les projets physiques. L’état actuel des infrastructures nécessite ce grand effort, avec des retombées positives pour les transports, la construction, les véhicules électriques et les services publics. Explication dans cet article.

Plusieurs infrastructures délaissées 

La relance économique après la pandémie est l’occasion de rénover les infrastructures, un domaine en difficulté depuis la grande crise financière de 2008-2009. Proposé le 31 mars par l’administration Biden, le plan de relance vise à inverser des décennies de sous-investissement public américain. Les dépenses du gouvernement fédéral en matière d’infrastructures au cours de ces soixante dernières années ont reculé de plus de moitié en matière de pourcentage du produit intérieur brut. Il est passé de 3,8 % dans les années 1960 à 1,6 % au cours de la dernière décennie.

Les projets de génie civil, notamment réalisés au cours du dernier siècle doivent être remplacés renforcés, recyclés voire remplacés. Au cours du mois de mars, la société américaine des ingénieurs civils (ASCE) a publié la dernière révision de son rapport triennal sur l'état des infrastructures du pays. Le mauvais état des digues, barrages, écoles, routes, système de transport en commun sont mentionnés dans le document.

Les voies ferrées, les routes, les barrages en salle état 

Par exemple, entre 2015 et 2020, les États-Unis ont enregistré un déraillement de train à travers 30 km de voie ferrée. Il faut noter que le déraillement de train est fréquent chaque année. Heureusement cela se fait sans gravité. Au total, 46 154 ponts représentant 7,5 %du nombre total présentent des déficiences structurelles. Il faudrait 40 ans pour réparer ces ponts avec le rythme actuel. Pendant ce temps, le parc va continuer à se détériorer. Dans le pays, 42 % des ponts ont déjà 50 ans et plus. Sur un aqueduc, une fuite survient en moyenne chaque deux minutes.

Pour remédier à la détérioration lente, l’ASCE évalue à 2 390 milliards de dollars les investissements qui seront nécessaires pour la prochaine décennie. La moitié des dépenses du plan américain sont destinées à réparer les voies ferrées et les routes, et à moderniser les aéroports et les conduites d’eau.